La vision de l'ABELO est une décentralisation effective au Burundi, basée sur les principes démocratiques et de bonne gouvernance permettant aux autorités locales de mieux répondre aux besoins de la population.
 
En tant qu'une association des collectivités locales, elle a pour mission de promouvoir des relations et des liens de partenariat entre ces entités locales (Communes) dans le but ultime d'assoir au Burundi un système de gouvernance locale efficiente et responsable.
 
  • Représenter ses membres qui sont les communes du Burundi et être leur porte-parole que ce soit vis-à-vis de l'autorité centrale ou des partenaires ;
  • Faire un plaidoyer en faveur du renforcement de la décentralisation ;
  • Renforcer les capacités des membres pour que les pouvoirs locaux soient à la hauteur de leur mission.
  •  
    PARTICIPATION DE LA FEMME DANS LES INSTANCES DE PRISE DE DECISION AU NIVEAU LOCAL : BIEN DES BARRIERES A SURMONTER

    Réfléchir sur les obstacles à la participation de la femme dans les instances de prise de décision au niveau local, et proposer des perspectives pour l’avenir, tel était l’objet d’une retraite/atelier d’échange d’expériences entre les femmes élues locales, organisé par le Réseau des Femmes Elues Locales (RFEL) de l’Association Burundaise des Elus Locaux (ABELO). Cette activité a été organisée dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie genre de l’ABELO/RFEL et a bénéficié du soutien financier du Ministère néerlandais des Affaires Etrangères à travers l’Association des communes néerlandaises VNG International. Cet événement a eu lieu du 8 au 9 mai 2019 au chef-lieu de la province Kayanza à l’hôtel Musumba Hills. Elle a solennellement été ouverte et présidée par Madame KAYITESI Odette, Présidente du Réseau des Femmes Elues Locales (RFEL)

    Ont pris part à cette retraite les membres du Comité National du Réseau des Femmes Elues Locales, 12 femmes anciens et actuels administrateurs communaux choisis en raison de bonnes performances réalisées par leurs communes respectives lors des évaluations des performances communales sur les 6 dernières années, des femmes députées et sénatrices ainsi que quelques femmes issues de la société civile. Les membres du Bureau du Comité Exécutif de l’ABELO se sont également joints à leurs sœurs pour partager la réflexion.

    Trois moments forts ont marqué cette activité :
    1. Dans un premier temps, les participants ont pris connaissance des instruments nationaux, régionaux et internationaux de promotion et de protection des droits des êtres humains en général et des droits des femmes en particulier. A cette occasion également, chiffres à l’appui, il a été mis en exergue que les femmes sont sous-représentées dans les instances de prise de décision, et cela malgré que les femmes représentent autour de 52% de la population burundaise.
    Les tableaux ci-après en annexe en-dessous

    La situation est plus alarmante au niveau collinaire où les chiffres montrent une sous-représentation des femmes. Une seule province a pu atteindre le quota constitutionnel de 30% pour les femmes conseillères collinaires tandis que dans presque toutes les sept provinces de l’étude, la représentation des femmes chefs de colline est en dessous de 10%, la raison étant que la législation en vigueur est muette à ce sujet au niveau collinaire.

    La séquence la plus marquante et la plus touchante a été caractérisée par des témoignages des femmes qui ont fait part à leurs paires des obstacles auxquels elles ont dû faire face tout au long de leur parcours politique. A cet effet, cinq femmes se sont exprimées pour partager leurs expériences respectives à savoir :
    -  L’honorable Pascasie MANIRAKIZA, ancien administrateur de la commune Busiga et actuellement député élue dans la circonscription de Ngozi ;
    -  Madame Suavis HABONARUGIRA, actuellement administrateur de la commune Bukirasazi en province Gitega ;
    -  Madame KAYITESI Odette, actuellement Vice-Présidente de la Commission Nationale des Terres et autres Biens, ancienne Ministre en charge de l’agriculture et de l’environnement. Elle est également Présidente du Réseau des Femmes Elues Locales (RFEL) ;
    -  Madame BAJINYURA Chantal, actuellement Directrice Générale au Ministère en charge de l’éducation ;
    -  L’honorable UWIMANA Charlotte, actuellement Sénatrice élue dans la circonscription de Ngozi.
    Au travers des différents témoignages, trois faits saillants transparaissent :
     Le poids de l’autorité maritale
    Les hommes sont généralement réticents à voir leurs femmes s’occuper d’activités publiques, et si ces dernières persévèrent ou persistent, cela peut entrainer des tensions dans le foyer et pire encore des dislocations des foyers. Pour cela beaucoup de femmes préfèrent renoncer à leurs ambitions politiques car même la permission de leur mari s’accompagne souvent de conditions qui limitent considérablement leurs possibilités de s’épanouir. Les femmes qui ont pu percer avait soit le soutien de leur mari ont su comment se conformer à ses exigences.
     Le manque de solidarité et de confiance mutuelle entre les femmes
    Bon nombre de femmes votent pour le candidat de leur mari, de leur père ou de leur frère et les femmes se retrouvent sans électeurs. En conséquence, les femmes hésitent à se faire élire de peur de perdre les élections, ce qui les exposerait aux critiques des hommes et même des femmes elles-mêmes en les taxant d’incompétentes. Cela accroît considérablement le complexe d’infériorité.

     Le manque de confiance en soi.
    C’est le résultat des pesanteurs culturelles qui veulent que la femme burundaise soit confinée aux tâches domestiques, et à l’éducation de proximité des enfants. A la longue, la femme finit par croire que la politique est seulement une affaire d’hommes.
    A cela s’ajoutent d’autres facteurs externes notamment le fait que les législateurs soient majoritairement des hommes qui ne sont nécessairement pas sensibles aux questions liées à l’égalité du genre ; la dépendance économique des femmes pour n’en citer ceux-là.
    3. Au final, les débats qui s’en sont suivis ont été sanctionnés par l’élaboration d’une feuille de route tenant compte des différents défis épinglés et à travers cette feuille de route, les participants ont jeté des bases pour une campagne de sensibilisation de de leurs paires à élire et à se faire élire lors des prochaines élections de 2020.

    ANNEXE : tableaux des inégalités quant à la participation politique des femmes

    PDF - 279.8 ko
     
     
     
    EVENEMENTS
    L’ABELO POURSUIT LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE SES MEMBRES : ATELIER DE FORMATION SUR UNE APPROCHE INCLUSIVE DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LOCALES

    La gestion des ressources, des charges et des comptes des collectivités publiques locales sera bonne et recommandable si les bénéficiaires des services délivrés sont impliqués dans tout le processus de prise de décision partant de la définition des priorités jusqu’au suivi et évaluation de la mise en œuvre des politiques. Le programme IDEAL de VNG International mis en œuvre par l’association des communes du Burundi (ABELO) vient de boucler le processus de planification pluriannuelle dans les huit (...)

    Lire ...

    PARTICIPATION DE LA FEMME DANS LES INSTANCES DE PRISE DE DECISION AU NIVEAU LOCAL : BIEN DES BARRIERES A SURMONTER

    Réfléchir sur les obstacles à la participation de la femme dans les instances de prise de décision au niveau local, et proposer des perspectives pour l’avenir, tel était l’objet d’une retraite/atelier d’échange d’expériences entre les femmes élues locales, organisé par le Réseau des Femmes Elues Locales (RFEL) de l’Association Burundaise des Elus Locaux (ABELO). Cette activité a été organisée dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie genre de l’ABELO/RFEL et a bénéficié du soutien financier du (...)

    Lire ...

    JOURNEE DE LA COMMUNE, EDITION 2018 : LES COMMUNES ONT BEAUCOUP APPRIS ET ONT PRIS DES ENGAGEMENTS FERMES

    En date du 27 mars 2019, l’Association Burundaise des Elus Locaux (ABELO) a réédité sa tradition en organisant la Journée de la Commune, comptant pour l’édition 2018. Les cérémonies de cette journée ont été solennellement ouvertes par le Secrétaire Permanent au Ministère de la Décentralisation et de la Réforme Institutionnelle, Monsieur Pontien HATUNGIMANA, après le mot introductif prononcé par l’Honorable Martin NITERETSE, Président de l’ABELO.
    Les cérémonies de cette Journée ont été marquées par une série (...)

    Lire ...

     
     
     

    Rohero I
    Chaussée du P.L.Rwagasore
    Galerie les ARCADESI


    +(+257) 22273193
    Fax: (+257) 2227343438


    info@abelo.bi
    Connexion
    Utilisateur
    Mot de passe
     
     
    Recherche
     
     
    Copyright ABELO, Tous Droits Réservés
    Liens    
     
    By PTN