La vision de l'ABELO est une décentralisation effective au Burundi, basée sur les principes démocratiques et de bonne gouvernance permettant aux autorités locales de mieux répondre aux besoins de la population.
 
En tant qu'une association des collectivités locales, elle a pour mission de promouvoir des relations et des liens de partenariat entre ces entités locales (Communes) dans le but ultime d'assoir au Burundi un système de gouvernance locale efficiente et responsable.
 
  • Représenter ses membres qui sont les communes du Burundi et être leur porte-parole que ce soit vis-à-vis de l'autorité centrale ou des partenaires ;
  • Faire un plaidoyer en faveur du renforcement de la décentralisation ;
  • Renforcer les capacités des membres pour que les pouvoirs locaux soient à la hauteur de leur mission.
  •  
    JOURNEE DE LA COMMUNE, EDITION 2018 : LES COMMUNES ONT BEAUCOUP APPRIS ET ONT PRIS DES ENGAGEMENTS FERMES

    En date du 27 mars 2019, l’Association Burundaise des Elus Locaux (ABELO) a réédité sa tradition en organisant la Journée de la Commune, comptant pour l’édition 2018. Les cérémonies de cette journée ont été solennellement ouvertes par le Secrétaire Permanent au Ministère de la Décentralisation et de la Réforme Institutionnelle, Monsieur Pontien HATUNGIMANA, après le mot introductif prononcé par l’Honorable Martin NITERETSE, Président de l’ABELO.

    Les cérémonies de cette Journée ont été marquées par une série de présentations et témoignages sur différents thèmes, tous ayant pour but de partager les bonnes pratiques d’une part et de d’attirer l’attention des administrateurs communaux sur certains aspects de la gouvernance communale d’autre part.

    Dans un premier temps, l’Administrateur communal de Bukirasazi a fait part des facteurs ayant milité en faveur de la 1ère place occupée par sa commune à l’issue de l’évaluation des performances des communes, édition 2017. Elle a notamment expliqué que sa commune a concentré beaucoup d’efforts sur le développement économique local, le renforcement de la cohésion sociale et la bonne gestion des finances de la commune.

    Quant à Madame Fifille NKURUNZIZA, Directrice de la Décentralisation au Ministère de la Décentralisation et de la Réforme Institutionnelle elle a développé le thème relatif à l’intercommunalité et la coopération décentralisée. Son exposé a essentiellement porté sur le contenu du n° 100/ 243 du 6 Octobre 2013 portant réglementation de l’intercommunalité et le Décret n° 100/244 du 6 octobre 2013 portant règlementation de la coopération décentralisée.

    Pour l’intercommunalité, Madame la Directrice de la Décentralisation a mis le focus sur le fonctionnement du Groupement de coopération intercommunal(GCI) qui est une structure technique supra-communale mise en place par les conseils communaux en partenariat intercommunal. C’est à travers elle que s’opérationnalise l’intercommunalité et son mode opératoire utilise les mêmes procédures que la gestion communale ordinaire. Les échanges à ce sujet ont révélé que l’intercommunalité n’est pas encore une réalité dans les communes et qu’il y a nécessité de vulgarisation à grande échelle du texte y relatif et un renforcement des capacités des acteurs communaux sur cette thématique.
    Au sujet de la participation de la femme à la prise des décisions, Madame Alida KANEZA, de Care International Burundi a expliqué qu’il est avant tout question de respect et de mise en application des instruments internationaux, régionaux auxquels le Burundi a souscrit. Il s’agit entre autres de :
    -  La Déclaration universelle des droits de l’homme
    -  Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques,
    -  La Convention sur les droits politiques de la femme
    -  La Plateforme de Beijing
    -  La Résolution 1325
    -  La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples
    -  Le Protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des femmes (protocole de MAPUTO)
    -  Le Pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement dans la région des grands lacs

    Les études réalisées sur la mise en application de ces instruments au Burundi ont révélé que des progrès ont certes été enregistrés dans les domaines directement touchés par les quotas constitutionnels sur le genre mais que par contre la représentation de la femme reste très faible dans les domaines où la loi est muette. Ce constat a donné lieu à une série de recommandations visant une meilleure participation de la femme dans la vie publique du pays en général et au niveau local en particulier.

    Par la suite, il a été développé le thème relatif l’appropriation de l’élaboration des plans communaux de développement communautaire(PCDC) par les communes elles-mêmes. Le développement de ce thème a été réalisé par Monsieur Rémy NDAYIRAGIJE, Expert Technique de VNG/International affecté à l’ABELO.
    Après avoir rappelé le cadre légal national régissant les PCDC, et les différentes phases de son élaboration, il a mis en exergue les disparités existant entre les communes quant à l’appui à l’élaboration des PCDC 3ème génération. Il a démontré à cet effet que 52 communes (soit 44%) disposent des partenaires qui les appuient tandis que 67 communes (soit 56%) attendent toujours une âme charitable qui leur viendrait en aide dans ce sens.

    Or, selon le même expert, le coût de l’élaboration d’un pcdc varie selon que ce dernier a été entièrement réalisé par les prestataires de services ou que la commune concernée y a contribué. Par exemple, le pcdc élaboré entièrement par un prestataire coûte entre 65.et 75 millions de francs burundais, tandis que le coût du PDCD élaboré avec la participation de la commune n’excède pas 30 millions de francs bu, selon l’expérience vécue dans les 6 communes de Bururi et les communes Bukemba et Gitanga de Rutana que l’ABELO a techniquement et financièrement appuyées ; de quoi faire réfléchir les communes et le Gouvernement sur le scénario le plus avantageux à adopter. Ces informations ont constitué une source d’inspiration pour les administrateurs communaux présents qui n’ont pas hésité à s’engager solennellement à épargner périodiquement une part du budget de leurs communes respectives pour constituer un fonds destiné aux PCDC de 4ème génération à l’horizon 2023-24 selon le cas..

    Enfin, les administrateurs communaux ont été fortement sensibilisés sur l’importance d’assurer les infrastructures publiques communales. Cette séance a été animée par Monsieur Gervais NDAYIZEYE Directeur Général de la société d’assurance BIC(Business Insurance and Reinsurance Company). Les propos du Directeur Général de BIC ont été étayés par le Président de l’ABELO qui en a appelé à la responsabilité des communes à assurer les infrastructures communales car, selon lui, le coût de réhabilitation d’une infrastructure non assurée en cas de sinistre est de très loin plus élevé que celui de l’assurance elle-même.

    Il est apparu que les administrateurs communaux disposaient de très peu d’informations sur la notion d’assurance et de ses implications sur la gestion du patrimoine communal. Ils ont alors recommandé qu’il y ait des descentes dans les communes de la part de la société BIC pour les aider à faire une évaluation des coûts liés et leur fournir toutes sortes d’informations qui leur permettrait de prendre des décisions en parfaite connaissance de cause.
    Tous ces engagements ont été pris dans les Forums Régionaux des administrateurs communaux qui sont des cadres d’échange dont la mise en place a été facilitée par l’ABELO.

     
     
     
    EVENEMENTS
    PARTICIPATION DE LA FEMME DANS LES INSTANCES DE PRISE DE DECISION AU NIVEAU LOCAL : BIEN DES BARRIERES A SURMONTER

    Réfléchir sur les obstacles à la participation de la femme dans les instances de prise de décision au niveau local, et proposer des perspectives pour l’avenir, tel était l’objet d’une retraite/atelier d’échange d’expériences entre les femmes élues locales, organisé par le Réseau des Femmes Elues Locales (RFEL) de l’Association Burundaise des Elus Locaux (ABELO). Cette activité a été organisée dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie genre de l’ABELO/RFEL et a bénéficié du soutien financier du (...)

    Lire ...

    JOURNEE DE LA COMMUNE, EDITION 2018 : LES COMMUNES ONT BEAUCOUP APPRIS ET ONT PRIS DES ENGAGEMENTS FERMES

    En date du 27 mars 2019, l’Association Burundaise des Elus Locaux (ABELO) a réédité sa tradition en organisant la Journée de la Commune, comptant pour l’édition 2018. Les cérémonies de cette journée ont été solennellement ouvertes par le Secrétaire Permanent au Ministère de la Décentralisation et de la Réforme Institutionnelle, Monsieur Pontien HATUNGIMANA, après le mot introductif prononcé par l’Honorable Martin NITERETSE, Président de l’ABELO.
    Les cérémonies de cette Journée ont été marquées par une série (...)

    Lire ...

    ELABORATION PCDC 3ème GENERATION : LES PROCESSUS EST TRES AVANCE DANS LA ZONE DU PROGRAMME " IDEAL"

    Dans le cadre du processus d’élaboration des Plans Communaux de Développement Communautaire (PCDC) 3ème génération, l’Association Burundaise des Elus Locaux (ABELO) a organisé les ateliers de réflexions et de discussions thématiques du 5 au 7 mars 2019 (pour les communes Bukemba – Gitanga - Rutovu – Bururi) et du 12 au 14 mars 2019 (pour les communes Mugamba-Matana-Songa -Vyanda ). Tous ces ateliers se sont déroulés au chef-lieu de la province Rutana. Ces ateliers ont réunis les acteurs des 6 communes (...)

    Lire ...

     
     
     

    Rohero I
    Chaussée du P.L.Rwagasore
    Galerie les ARCADESI


    +(+257) 22273193
    Fax: (+257) 2227343438


    info@abelo.bi
    Connexion
    Utilisateur
    Mot de passe
     
     
    Recherche
     
     
    Copyright ABELO, Tous Droits Réservés
    Liens    
     
    By PTN